Bloguer, c’est s’octroyer un morceau de bonheur.

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu l’article proposé sur ce blog par Grégory Maubon, consacré aux blogs et à leur audience. J’aimerai toutefois réagir avec ma propre sensibilité à ce sujet.

Dans cet article, il est question de donner aux lecteurs d’un blog ce qu’ils veulent afin de booster l’audience et de servir son public. Ecrire un blog et réagir en se posant justement la question « qu’est ce que les lecteurs veulent trouver sur mon blog ? » est en soit une forme de poujadisme, la négation même du blog. Je m’explique.

L’apparition, puis le développement des blogs a permis de faire éclore une nouvelle relation à soi et aux autres. Tandis que les journaux et les acteurs sont partiellement contraint de plaire et d’avoir un succès d’audience, car leurs articles ou films représentent leur revenu, un blog est justement l’un des rares supports sur lesquels on peut se passer de courir après l’audience.
A condition de ne pas vivre de son blog, naturellement, mais ceux qui en font leur revenu principal sont très minoritaires. Pour les millions d’autres blogueurs, rédiger des articles représente une manière de s’exprimer, de partager un point de vue ou une passion. Cela n’intéresse pas grand monde ? Aucune importance ! Lorsqu’on écrit sur son propre blog, on a cette merveilleuse possibilité de continuer d’écrire quoi qu’il arrive, quelle que soit l’audience ou la portée des articles. Vous êtes journaliste et vos articles ne sont pas lus ? Vous êtes remercié. Vous êtes écrivain et vos livres n’intéressent personne ? Vous êtes éjecté. Vous écrivez votre blog et vos articles ne sont lus que par une poignée de personnes ? Vous pouvez continuer d’écrire. C’est la liberté qu’offre le blog.

A moins de vouloir écrire un outil de référence sur un sujet précis, un blog représente toujours d’une certaine manière la vision de son auteur, son esprit, sa personnalité. Au delà du sujet traité, bloguer dépasse la catharsis pour incarner l’estime de soi, le plaisir de proposer quelque chose « gratuitement », sans attendre forcément un retour. Et là, le blog cesse d’être purement un média pour devenir un petit morceau de bonheur.

Bien sûr, avoir une forte audience est toujours gratifiant, mais ne doit pas être une fin ni un objectif. Au risque sinon de réaliser un blog aseptisé, semblable à beaucoup d’autres blogs. Comme tous ces blogs bien conçus, vendeurs, lus par des millions de visiteurs, commentés par des centaines de personnes sur chaque article. Et que je ne lis plus. Mais quel plaisir de découvrir au détour d’une ruelle d’Internet un petit blog inaperçu, ni sensationnel ni inintéressant, mais où j’ai réellement le sentiment d’avoir rencontré quelqu’un.

Publicités

, , ,

  1. #1 par Grégory le 12 janvier 2012 - 23:19

    Merci pour ton commentaire Agathe ! Evidemment, mon article est plus ciblé sur les blogs dont l’objectif est de donner une certaine image « professionnelle » de l’auteur. Un des indicateur est dont le nombre de visites, et plus encore le nombre de commentaires ou d’interactions. C’est d’ailleurs une des raisons qui nous pousse de temps en temps, ici même, à nous poser la question de la dilution des commentaires …

    Mais comme tu le fais remarquer, une grande partie de la blogosphère est un terrain d’expression libre, sans contrainte. J’aime ton expression « un morceau de bonheur » ! J’ai pour ma part plusieurs blogs dont certains ne sont connus de personne, ce n’est pas leur finalité.

%d blogueurs aiment cette page :