Après le barcamp… le BLOGcamp !

Grâce à Twitter (encore !) j’ai fait la connaissance d’un blogueur bordelais, Thomas, avec qui j’ai pu échanger sur pas mal de choses mais surtout d’un format de rencontres entre blogueurs très intéressant : le blogcamp.

Comme nous avons testé les rencontres de blogueurs et le format barcamp récemment, je me suis dit qu’il était temps de vous faire découvrir ce format qui peut apporter de choses nouvelles dans nos rencontres…

Thomas a gentiment bien voulu répondre à mes questions :

Laure : Salut Thomas, peux-tu me dire d’où t’es/vous êtes venu l’envie de rejoindre la démarche blogcamp france ?

Thomas : La rejoindre ça a été plutôt facile vu qu’on en est à l’origine (à BlogCamp Bordeaux).

Nous ressentions un certain isolement des blogueurs au niveau local. Un isolement physique car si les blogrolls étaient pleines à craquer, en revanche les regroupements locaux, eux, étaient loin de ce résultat.
Suite à une initiative ponctuelle d’un étudiant (Blog@Bordeaux), on s’est dit qu’on pourrait reproduire la chose dans une structure à la fois tournée vers les particuliers les professionnels.

Quitte à travailler, autant faire en sorte que notre initiative ne soit pas isolée : on a donc conçu BlogCamp comme un modèle réutilisable et adaptable. L’objectif étant bien sûr de suivre une ligne directrice (réunir les gens et diffuser les connaissances) et de fédérer autour d’un nom commun.

Laure : Tu peux nous expliquer les caractéristiques de ce format blogcamp ?

Thomas : Le format BlogCamp a évolué depuis sa création : on sait maintenant ce qu’il faut éviter et au contraire, ce qu’il faut privilégier.
Pour les organisateurs, il y a 2 choses à prendre en compte :
la fréquence :
> 1 fois par mois (essayé, dur à tenir sauf si ça ne demande pas de travail de la part des organisateurs)
> 1 fois / 3 mois
> 1 fois / 6 mois
> 1 fois / an (implique une grosse organisation pour marquer le coup)
la formule
BlogCamp (à moduler parmi les éléments suivants ; de préférence avec salle équipée de vidéoprojecteur)
> 1 atelier : à l’aide d’ordinateurs, aider les utilisateurs à répondre à leur problème, paramétrer leur blog, corriger un problème, réaliser les mises à jour etc.
> 1 conférence : ciblée sur le Web et/ou les blogs. Avec des exemples comme : comment gérer son identité numérique, comment utiliser les catégories et les tags, comment monétiser son blog etc.
> 1 débat : 1 thème décliné en plusieurs questions avec des interactions entre individus (ça marche très bien et demande peu de préparation)
> 1 temps d’échange : temps spécialement réservé pour accueillir les gens, échanger entre individus et mélanger les gens entre eux (personne ne reste dans son coin ainsi)
BlogCamp Apéro
> Tout est dans le titre : c’est la formule « moins sérieuse » au sens où ça se passe dans un bar, on disque nouvelles technos, blogs et Internet (et du reste aussi d’ailleurs)
BlogCamp Business
> Session spécialement destinée aux professionnels avec 1 ou plusieurs thèmes axés sur l’entreprise.
L’idée c’est vraiment d’étendre le champ de connaissances des particuliers (ou en tous cas, les aider) et d’évangéliser auprès des entreprises qui sont très demandeuses. Dans tous les cas il faut faire comprendre que les blogs c’est du sérieux et qu’il ne faut pas les stigmatiser à des Skyblogs ou autres blogs perso inintéressants.

Techniquement parlant, l’organisation interne de BlogCamp repose sur des outils sociaux avec :
> 1 plateforme de blogs mutualisés (WordPress Mu) : chaque ville a son propre blog pour communiquer
Google Apps pour mutualiser les documents et capitaliser le travail de chacun
> 1 mailing list pour communiquer en interne entre tous les organisateurs des différentes villes, échanger des idées, demander des conseils sur l’organisation.

Laure : Et toi, personnellement, qu’est-ce que ça t’as apporté ?

Thomas : Beaucoup de travail en plus mais aussi beaucoup de contacts, pro et particuliers.
C’est sans compter sur les différentes opportunités de véhiculer ma pensée au nom de BlogCamp.

Laure : Ton meilleur souvenir ?

Thomas : La participation à une journée/conférence « Pourquoi bloguer en entreprise » avec les 2 stars québécoises Claude Malaison et Philippe Martin, auteurs du livre éponyme. C’était un grand moment d’échange entre nous mais aussi une formidable occasion de parler à un oratoire de 100 personnes.
Les retours on ne peut plus positifs nous ont conforté dans cette démarche BlogCamp.

Laure : Ta plus belle rencontre ?

Thomas : C’est lié à mon meilleur souvenir : Claude et Philippe, les blogueurs québécois ! La journée était décidément trop courte et on avait beaucoup de choses à se dire. Leur vision éprouvée des blogs dans le milieu professionnel avait beaucoup à nous apporter.

Tout ce que je peux dire c’est que j’ai hâte de reproduire ce genre de rencontres et qui sait, pourquoi pas un jour aller au Québec pour animer une nouvelle conférence avec eux !

Laure : A qui on peut s’adresser si nous aussi on veut rejoindre le réseau ?

Thomas : C’est très simple : nous avons un email de contact générique (contact@blogcamp.fr). C’est le meilleur moyen de contacter les responsables de BlogCamp et de valider ensemble un projet local.

Avec la méthodologie en place, en moins d’1 heure l’infrastructure d’un nouveau BlogCamp peut être mise en place … nom de domaine, emails et blog compris.

Merci beaucoup Thomas pour toutes tes réponses ! Et pour suivre les news en direct de Blogcamp Bordeaux : twitter.com/blogcampbx 🙂

Publicités

, , ,

  1. #1 par Pascal Minguet le 4 août 2008 - 12:37

    je vaais jouer les « anti-conformistes », ou celui qui a du mal avec tous ces formats rigides ou qui disent ne pas l’être mais demandent beaucoup de travail… Moi je suis pour des rencontres genre apéro, vin-formage, barcamp, machincamp ou autre dijonocamp…Peu importe le nom, ce qui compte c’est d’écanher, de rencontrer, d’avancer. Alors pour moi le format/nom exact… à mon avis dans 3 ans plus personne ne se souviendra du nom de la chose, mais j’espère que les contacts, les amitiés seront là.
    Et les autres, ils en pensent quoi ?

  2. #2 par Oncle Tom le 4 août 2008 - 12:41

    Et bien justement Pascal, si tu as bien lu tu verras que ça ne demande pas nécessairement beaucoup de travail.
    Jusqu’à présent, peu importe la formule utilisée, il y a toujours eu énormément d’échanges … y compris pendant les conférence puisqu’on réservait volontairement du temps AVANT et APRÈS la conférence pour en discuter … ou d’autre chose.

    Je suis entièrement d’accord que peu importe le nom, c’est l’échange qui prime.

    Ce qui nous intéresse c’est d’accroître l’échange avec le nom 😉

  3. #3 par grégoire le 5 août 2008 - 12:03

    Merci Laure pour cet article très intéressant et Thomas pour ton feedback partagé lors de l’interview.

    Personnellement je suis plutôt de l’avis de Pascal et je trouve que l’on perd une bonne partie des qualités du « format » barcamp, de sa spontanéité, de son esprit et de ses valeurs proches de l’open-source en voulant « brander » tout ça et en proposant un process du genre : « en moins d’1 heure l’infrastructure d’un nouveau BlogCamp peut être mise en place … nom de domaine, emails et blog compris ».

    Encore une fois je salue les efforts et les intentions de Thomas et des blogcampers bordelais et cela se veut une critique constructive, mais je pense vraiment que l’on a pas besoin de ça et que si il y a vraiment besoin d’un hub, on peut d’une part utiliser le wiki « barcamp.org » comme le font les autres blogcamps ayant eu lieu avant ou après les premiers blogcamps français (en Suisse, en Inde, en Allemagne… http://barcamp.org/FindPage?SearchFor=blogcamp) pour networker avec les blogcampers internationaux (toujours bien d’avoir des contacts et du feedback pas seulement 100% franco-français), et d’autre part effectivement utiliser un wiki francophone en parallèle, et là le wiki déjà installé sur blogcamp.fr peut en effet le relai dès l’instant où il reste le plus open possible.

    Enfin, si ces principes ne collent pas avec la vision et le modèle de développement/croissance prévu pour blogcamp.fr c’est compréhensible (cf. la base-line affichée : « toi + un lieu + de la com + un support = BlogCamp »), mais ce qui risque d’être « exigé » de la communauté internationale des barcampers c’est que blogcamp.fr se détache complètement de barcamp en changeant de logo et en ne communiquant pas sur la marque communautaire BarCamp (http://barcamp.org/CommunityMark).

    Sinon à part ça je suis à fond partant pour des BlogCampBourgogne et encore plus s’il y a des apéros, des pains-vins-fromages et tout ça 😉

  4. #4 par laure dessaux le 5 août 2008 - 17:28

    Au delà du débat de la marque ou du format, ce que je vois c’est qu’ils font des évènements aussi intéressants et visibles, si ce n’est plus, que la communauté de blogueurs parisiens. Ce format correspond à mon sens à l’esprit de la blogosphère.
    Cette visibilité leur permet d’avoir des interventions de qualité et d’élargir les échanges et leur réseau.

    Je vois pas bien le débat… c’est comme quand on ouvre un blog sur blogger… un mail, un outil « packagé », c’est prêt à utiliser mais on est quand même libre d’écrire ce qu’on veut à l’intérieur.

    Blogcamp est je trouve un outil sympa et qui peut apporter plus de visibilité et donner envie justement à terme à d’autres communautés de blogueurs, bordelais, parisiens, alsaciens et autres, d’avoir pourquoi pas la curiosité de venir nous rendre visite aussi en Bourgogne… parce que nous faisons des choses géniales et qui pourraient être plus visibles.

  5. #5 par grégoire le 5 août 2008 - 19:02

    Tu as raison sur tout ça Laure.
    Je suis sans doute trop barcamper et pas assez blogueur…
    Désolé si ma remarque était un peu déplacée ou excessive mais on est tellement souvent contraint de se battre pour éviter que tout un tas de personnes fassent de la récupération autour du barcamp que dès que l’on voit associé l’image du barcamp (les noms de « quelques choses-camp », le logo etc.) et qu’il y a en parallèle une approche un peu trop marketing on a tendance à réagir de façon un peu brutale.
    Mais à notre décharge si nous n’avions pas ce genre de piqures de rappelle de temps en temps je pense que les spécificités qui font le succès des barcamps ne tiendraient pas longtemps.

    Donc ce qui me gêne le plus là-dedans c’est le coté « propriétaire » (VS open source) des blogcamps avec par exemple (je cite) : « Les supports de communications officiels », « contacter les responsables de BlogCamp et [de] valider ensemble un projet local », « Tous les organisateurs de BlogCamp sont membres de l’association BlogCamp France », « une méthodologie de communication et des procédures de déploiement » etc.

    Je ne suis donc pas d’accord avec ce qui est affiché sur la page d’accueil blogcamp.fr qui dit :
    « BlogCamp est un rendez-vous mensuel entre blogueurs dans l’esprit des BarCamp bien connus des technophiles.
    La seule différence est que dans un BlogCamp on parle blog life et pas forcément que de nouvelles technologies et d’Internet. »
    Non ce n’est pas la seule différence !
    La différence n’est certainement pas seulement les sujets abordés pendant le barcamp (ça c’est le cas pour par exemple WordCamp, TransitCamp, CleantechCamp, DrupalCamp, WineCamp etc. etc.), mais bien aussi le format, le process d’organisation et le « community model » (http://factoryjoe.com/blog/2006/05/29/whats-your-community-model)… et c’est justement les deux principaux éléments qui font la force des barcamps.

  6. #6 par Oncle Tom le 10 août 2008 - 17:58

    Grégoire, ton retour est intéressant.

    Le site actuel n’est plus un bon reflet de ce que l’on souhaite. Le format mensuel était ce que l’on souhaitait au départ … on en revient maintenant. À Bordeaux on passerait plutôt sur du 3 mois pour les conférences et des apéros entre, de manière irrégulière.
    Donc moi non plus je ne suis pas d’accord avec la page d’accueil 😉

    Pour information, des BlogCamp y’en a partout : en Inde, en Ukraine etc mais c’est le plus souvent annuel, ponctuel.
    Ce qu’on souhaitait, nous, c’était un format plus régulier et plutôt que de s’appeler « Blogueurs du Sud » et se contenter d’un apéro, c’était également d’apporter du contenu, des réflexions et de l’entraide.
    Et surtout, créer DES communautés locales et jouer de leurs interconnexions pour progresser tous ensembles plutôt que de rester chaque ville dans son coin.

    On ne veut pas faire de BarCamp ! Faut pas non plus tout ramener à ça bien que je comprenne ton attachement à ce modèle. Au contraire c’est plutôt bon signe cette diversification et surtout, ça montre qu’on peut faire plein de choses à partir d’un BarCamp et que BarCamp ne sert pas de format unique.
    Tu te peux pas te plaindre qu’on essaie de rallier des villes à la cause BlogCamp alors que toi, tu cherches à ce qu’il n’y ait que des BarCamp 😉 (je pousse la réflexion jusqu’au bout là).

  7. #7 par grégoire le 11 août 2008 - 9:08

    Oui tout ça se tient et je reconnais que je mérite et que j’ai bien cherché ce que tu m’offres en retour dans ton commentaire 😉

    Comme tout cela est pour la bonne cause aussi bien des blogueurs que des barcampers je suis certain qu’avec toutes nos bonnes intentions et notre énergie positive on va trouver les façons les plus appropriées pour optimiser les synergies entre BlogCamp et BarCamp tout en affichant clairement les spécificités (et donc aussi les différences) entre les deux « formats ».

    Impatient de discuter avec toi de tout ça.

  1. Blogs n co | L’after webdeux.connect : débrief
%d blogueurs aiment cette page :